Deon MEYER, En vrille

Voilà un auteur bien dans le thème de mon blog, cherchant à allier littérature, histoire avec un grand H et analyse sociétale. Deon Meyer a travaillé comme journaliste avant de publier son premier roman en 1994. Ses écrits reflèteront au fil des ans la diversité culturelle de l’Afrique du Sud contemporaine. On y retrouve une grande humanité dans le traitement des récits.

Peut-être le meilleur auteur sud-africain et un polar passionnant

Construction originale pour ce roman policier très haut de gamme. Plusieurs récits sont menés de front et convergent lentement vers une résolution de l’enquête qui se fait improbable au vu de la complexité de l’ensemble. Pourtant tout s’accélère sur la fin et, après presque 500 pages de lecture passionnante, offre une conclusion qu’on découvre avec étonnement. L’intérêt pour le récit n’a fait que croître, pour ce qui me concerne, au fil des pages.

Les personnages sont bien décrits et pour les principaux deviennent proches du lecteur et un glossaire, bien utile,  aide à s’y retrouver dans les termes spécifiques.

Benny Griessel, policier blanc en proie à sa mauvaise conscience et ses problèmes familiaux qu’il est tenté de noyer dans l’alcool, son collègue des Hawks (police spéciale sud-africaine), et dans son sillage, Alexa, Doc Barkhuizen, la psy…

Vaughn Cupido, jeune policier métisse en pleine ascension et à qui est confiée la responsabilité de l’enquête,

« Il n’y a qu’à voir, un Blanco qui n’a pas souffert, c’est forcément un connard. Il faut d’abord en baver avant de réaliser qu’on est tous des humains, quelle que soit la race, la couleur ou la croyance. »

Leur chef, à Griessel, Cupido et toute l’équipe des hawks, une petite femme gironde malgré son régime en cours, le major Mbali Kaleni, « zouloue futée » qui elle tente de combattre son stress inhérent à son poste à responsabilité dans une unité très exposée au pouvoir et aux médias.

Ernst Richter, le directeur de l’entreprise Alibi, retrouvé étranglé dont on découvrira petit à petit les combines afin d’éviter la faillite qui le menace depuis plusieurs années et de vivre intensément une vie d’adolescent attardé et prétentieux : drogue, voitures, filles,

Desiree Coetzee, belle métisse, directrice chez Alibi, site qui vend des mensonges pour couples infidèles et dont Cupido tombe très vite amoureux.

Vaughn Stroebel, le programmateur craintif ainsi que Rick Grobler auteur d’un email de menace qui en fera un temps un coupable potentiel.

François du Toit et Maître Susan Peires, avocate à qui il confie son histoire familiale compliquée. Beau récit parallèle à l’intrigue policière, où le mécanisme de la confidence et de l’écoute est perceptible. « Tandis qu’il dévide son histoire, il a vaguement l’impression qu’elle lui transmet une certaine paix ». La relation avec son jeune frère Paul, un psychotique doué pour le rugby mais dangereux pour ses relations, est intéressante.

L’action se déroule à Stellenbosch dans une région viticole. On apprend bien des choses sur la société d’Afrique du sud, ses cultures mêlées qu’on retrouve dans les acteurs multiples de ce récit, sa viticulture en plein développement, la nouvelle donne incontestable qu’a constitué la fin de l’apartheid, ainsi que les arnaques possibles dont il est dit à la fin du roman qu’ils sont inspirés de faits réels remontant aux années quatre-vingt-dix.

Des pages inoubliables avec la psy qui explique à Benny les mécanismes de culpabilité du survivant et de la perte de confiance ainsi que la scène où Vaughn déboule dans le bureau de Desiree pour lui faire une déclaration incroyable, sincère et gonflée. À ce moment clé d’une enquête qui piétine, il joue son va-tout, tout comme Benny avec sa psy…

Heureusement tout est relancé en quelques pages.

J’ai lu des romans policiers ou la conclusion avance péniblement et de façon tordue et décevante ? C’est loin d’être le cas ici ! Surtout avec les petites bouteilles qui tintent dans les poches… Ceux qui liront comprendront !

Note avis bibliofeel mars 2019, Deon MEYER, En vrille

3 commentaires sur “Deon MEYER, En vrille

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.