Jean de La FONTAINE, Les Fables

Illustrées par Quentin Blake

Avec CD des 50 fables sélectionnées, lues par Denis Podalydès

Edition Solanum Les Arènes, octobre 2020

Album anniversaire des 400 ans de La Fontaine, un vieux monsieur toujours jeune en littérature !

Attention ce livre est dangereux pour vos habitudes de lecture ! S’il vous arrivait de le tenir entre vos mains, il y a de grandes chances que vous abandonniez illico la lecture sur tablette… Provocation mise à part, c’est réellement une édition raffinée, moderne, élégante. La couverture appelle les doigts, pour un voyage sensoriel à la découverte des mots incrustés, superbement calligraphiés. Le très talentueux Quentin Blake a choisi et illustré ses 50 fables préférées, connues pour certaines, beaucoup moins pour d’autres. Voici ce que dit Blake dans la préface alors qu’il cherche un projet d’œuvre à illustrer :

« C’est alors que La Fontaine me vint à l’esprit, avec cette conviction qu’il n’est pas un écrivain pour enfants. De nombreuses fables parlent d’animaux et sont accessibles aux enfants, et, de ce fait, ce sont celles que le public connaît le mieux. Mais il y en a beaucoup d’autres, et j’ai commencé ma recherche, en quête manifestement destinées à un public adulte. »

La Chatte métamorphosée en Femme. « Jamais la Dame la plus belle Ne charma tant son Favori,
Que fait cette Épouse nouvelle Son hypocondre de Mari. »

Un livre des célèbres fables parmi une multitude d’autres ? Et bien non ! Il y a les illustrations superbes, une bonne soixantaine de dessins à l’encre avec lavis d’aquarelle, criants de vie et de malice, l’écoute du CD avec la voix de Podalydès, invitant à une redécouverte en famille et pourquoi pas, une idée de cadeau pouvant convenir aux enfants de 1 à 99 ans…

Certaines fables ressemblent à une nouvelle, s’achevant non par une morale mais par une chute. Blake prend l’exemple de L’Ivrogne et sa femme : la femme aménage leur cave comme s’il s’agissait de l’enfer et y emmène son mari ivre mort. Elle arrive ensuite déguisée, apportant le repas à Satan. Et le mari de conclure : « Tu ne leur portes point à boire ? » La crédulité, l’ignorance, la soumission de l’homme à ses vices dénoncées en un seul vers.

C’est la condition de l’homme qui est magnifiquement présentée avec sa faiblesse, sa cocasserie, sa lâcheté, son manque de jugeote : dans la Mort et le Bûcheron, celui-ci épuisé par la rudesse du travail appelle la mort qui arrive sous les traits d’une femme enveloppée d’un linceul. Elle lui demande ce qu’elle peut faire pour lui : « C’est, dit-il, afin de m’aider à recharger ce bois ; tu ne tarderas guère ». Force de la vie, l’homme s’obstine à vouloir poursuivre un travail qui le détruit.

Le petit Poisson et le Pêcheur. « Poisson mon bel ami, qui faites le Prêcheur, vous irez dans la poêle ; et vous aurez beau dire ; Dès ce soir on vous fera frire… »

La Fontaine était un fin observateur des hommes. Dans Conseil tenu par les Rats, il pointe du doigt ceux qui siègent dans un comité ou un conseil avec ceux qui, talentueux orateurs, ont mille idées pour régler les problèmes mais quand il s’agit d’agir : « L’on ne rencontre plus personne.» Apprécions l’entrée en matière de cette poésie « Un chat nommé Rodilardus   Faisait de rats telle déconfiture   Que l’on en voyait presque plus,   Tant il en avait mis dedans la sépulture. »

Dans Le Singe et le Léopard, on a une version de l’habit ne fait pas le moine et cette fable moins connue sonne bien, elle se termine ainsi :

« Le Singe avait raison ; ce n’est pas sur l’habit   Que la diversité me plaît, c’est dans l’esprit :   L’une fournit toujours des choses agréables ;   L’autre en moins d’un moment lasse les regardants.   Ô ! que de grands Seigneurs au Léopard semblables,   Bigarrés en dehors, ne sont rien en dedans ! »

Les fables les plus célèbres, celles apprises par de multiples générations d’élèves, sont là également. On peut les parcourir plus rapidement, en s’attardant plus longuement sur les illustrations de Quentin Blake dont le trait mordant s’accorde parfaitement à l’auteur.

La Cigale et la Fourmi, âgées de 400 ans ! Stars absolues des Fables !

Jean de La Fontaine a composé deux cent quarante fables rassemblées en plusieurs livres publiés successivement en 1668, 1678 et 1694. Esprit libre, il a réussi à exprimer ses idées à travers des textes ciselés, contournant brillamment la censure de son époque. Ses textes sont une somme de lucidité, d’élégance et de gaieté quoi qu’il arrive, illustrant la singularité que chaque homme peut porter en lui.

Quentin Blake est un illustrateur anglais connu dans le monde entier, notamment pour avoir illustré l’œuvre de Roald Dahl. Sempé par exemple a été très influencé par Blake avec ce style particulier, immédiatement reconnaissable. Un grand artiste visiblement inspiré ici par la puissance des Fables !

La Fontaine, le Renard, l’éducation, le Corbeau, la Littérature… et le Fromage !

Cette édition anniversaire est une belle surprise. Je remercie infiniment Babélio et les éditions Les Arènes Solanum de m’avoir fait parvenir ce superbe livre et de m’avoir fait confiance pour établir cette chronique. N’hésitez pas à vous la procurer, à l’offrir ou à lui faire une belle place dans votre bibliothèque.

Notes avis Bibliofeel novembre 2020, Jean de la Fontaine, Les Fables

25 commentaires sur “Jean de La FONTAINE, Les Fables

  1. Je dois avouer que je n’aurais pas spontanément associé Jean de La Fontaine et Quentin Blake… Mais cela semble bien fonctionner, ce trait plus « adulte » que celui que l’on retrouve souvent pour Les Fables rappelle que ces petits récits s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes !

    Aimé par 1 personne

  2. c’est déjà un bel objet à voir et sûrement à tenir dans les mains..
    Les dessins sont curieux et en plus la voix de Denis Podalydes c’est tentant…
    J’apprécie beaucoup Jean de la Fontaine, c’est un des rares auteurs que j’ai dans la Pléiade, en poche, etc. alors pourquoi pas c’est une belle façon de fêter dignement son anniversaire
    certaines font partie des fables dites « légères » ou « olé-olé » comme on veut?

    Aimé par 1 personne

    1. Non, toutes ses Fables sont conformes à la morale telle qu’elle était de mise à l’époque. Les textes dont tu parles, coquins, grivois… sont inclus dans ses « Contes et nouvelles » parus quelques années avant les Fables, c’est d’ailleurs par ces contes qu’il serait devenu célèbre. Merci pour ton commentaire sur ce bel objet littéraire nouant histoire et modernité !

      Aimé par 1 personne

      1. ah oui! c’est dans les contes… en fait je ne connaissais pas, c’est Gérard Jugnot qui en parlé pendant une émission où il était venu parler des contes pour enfants sauce XXIe siècle … et il m’a donné envie de jeter un coup d’oeil 🙂

        Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce post. J’adore La Fontaine. Il a si bien décrit l’humanité avec ses fables. J’ai hate de « voir pour de vrai » 😉 cet ouvrage dans une vraie librairie car l’ouvrage et attirant et ressemble à une belle idée de cadeau. C’est le genre de livre illustré qu’on a envie d’offrir.
    A bientôt
    Alan

    Aimé par 1 personne

    1. En tout cas cela a marché pour moi ! Je redécouvre une foule de choses passionnantes concernant cet auteur qu’il faut sortir bien vite de la place étroite assignée trop souvent… A suivre la semaine prochaine avec une chronique sur l’homme méconnu des Fables !

      Aimé par 1 personne

  4. Voilà qui est intéressant, remettre en lumière les contes « méconnus » et qui ciblent peut-être là un autre public. C’est aussi le cas d’autres « conteurs ». Andersen, bien connu pour ces célèbres contes, le vilain petit canard et autre petite sirène, signe aussi des histoires tristes et des plus dramatiques…
    Et par ailleurs, je me régale d’avance (si, si , je me laisserai tenter) des illustrations de Quentin Blake.
    Merci pour cette découverte !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ! Je le garde à proximité pour pouvoir le feuilleter régulièrement et enchanter cette fin d’année. Certains livres sont des concentrés de rêve et de culture !

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.