Être poète d’après René Despestre

AFROpoésie

Extrait de l’oeuvre de René Depestre (1926-) – HAÏTI

Portrait de René Depestre par E. Rouziès. Lézignan-Corbières, le 25 février 2017.

Être poète, c’est d’avoir honte à toutes les joues qui ne peuvent rendre les coups.

La poésie, c’est quand une révolution donne soudain des ailes au nègre, aux tortues, des dents au coq, des pattes et des nageoires au cerf-volant errant de l’histoire.

La poésie, c’est le pouvoir de vivre et de voler jusqu’à la grande Ourse dans l’éclat d’un brin d’herbe.

On est poète quand on a des pieds à donner sans repos aux bonnes nouvelles de la tendresse.

In Corps simple de la poésie

Voir l’article original

3 commentaires sur “Être poète d’après René Despestre

  1. Etre écrivain, c’est semer le feu dans l’esprit des gens, leur faire pousser des portes, les obliger à crier par la fenêtre, à monter sur les toits, à se croire nouveaux et invincibles, c’est les terroriser par la joie.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.