Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête

Éditions Actes sud, publié en Poche Babel en mai 2016

156 pages

Kamel Daoud commence ainsi son récit « Aujourd’hui, M’ma est encore vivante. » en écho à la première phrase du célèbre roman d’Albert Camus, L’Étranger : « Aujourd’hui, maman est morte. »

L’Étranger a été écrit en 1942. Meursault, contre-enquête sort en Algérie en 2013. Entre les deux, la guerre d’Algérie, ce n’est pas rien ! Suivie par la difficile réconciliation entre les deux rives de la méditerranée alors qu’approche le 60ème anniversaire de la fin de la guerre et de l’indépendance de l’Algérie en 2022.

Le début du roman est étourdissant de virtuosité et présente tous les thèmes. L’incipit, une citation d’E. M. Cioran, donne le ton :

« L’heure du crime ne sonne pas en même temps pour tous les peuples. Ainsi s’explique la permanence de l’histoire. »

Meursault, dans l’Étranger de Camus, sait raconter : le soleil trop fort, la mort de sa mère et  l’Arabe (majuscule dans le texte) tué presque par accident sur la plage. L’Arabe jamais nommé, d’ailleurs existe-t-il vraiment ou est-ce un mirage ? Kamel Daoud part de là, il veut que justice soit faite. Il va donner le nom de cet homme. Il s’appelait Moussa. Il était illettré.

« Depuis des siècles, le colon étend sa fortune en donnant des noms à ce qu’il s’approprie et en les ôtant à ce qui le gêne »

L’auteur fait raconter par son frère, Haroun, l’enfance de Moussa, comment celui-ci a été tué sur la plage. J’aime ces romans qui prennent leur envol sur une œuvre célèbre et éclairent des aspects restés inexplorés. Encore faut-il le faire avec talent, ce qui est le cas ici !

La démarche m’évoque Monsieur Bovary d’Antoine Billot, écrit en contrepoint au célèbre classique de Gustave Flaubert, Madame Bovary. Flaubert commençait et finissait le roman avec Charles Bovary mais l’oubliait totalement entre temps dans son insignifiance, en se focalisant sur le seul point de vue d’Emma. Antoine Billot lui redonnait une psychologie, une vie propre et une dignité…

On a, avec cette contre-enquête, une œuvre virtuose, citant et adaptant certains passages – indiqués en italique. Le nom de Camus n’apparaît jamais alors même que Kamel Daoud loue à maintes reprises l’écriture du célèbre romancier.  

Les thèmes essentiels de l’œuvre de Camus sont là : réflexion sur la religion, sur Dieu, sur la guerre, sur le crime et la justice – Haroun a tué un français pour venger son frère, il n’a pas non plus de nom au départ, ensuite on apprend qu’il se nomme Joseph  –. Jeux de miroirs, le frère de Moussa devenant une sorte de double de Meursault.

« Un certain goût pour la paresse s’installe chez le meurtrier impuni. Mais quelque chose d’irréparable aussi : le crime compromet pour toujours l’amour et la possibilité d’aimer. J’ai tué et la vie n’est plus sacrée à mes yeux. Dès lors le corps de chaque femme que j’ai rencontrée perdait très vite sa sensualité, sa possibilité de m’offrir l’illusion de l’absolu. »

« D’ailleurs mon cher ami, le seul verset du Coran qui résonne en moi est bien celui-ci : « Si vous tuez une seule âme, c’est comme si vous aviez tué l’humanité entière. »

L’auteur interroge l’œuvre, la prolonge. Les non-dits doivent être énoncés et éclaircis afin que la justice passe, ce qu’il fait ici avec succès. Meursault est étranger à lui-même et au monde, ses explications traduisent l’absurdité de son monde à lui, pas du monde en général. Haroun et sa mère cherchent à faire leur deuil face à l’absurdité d’un homme étranger à sa propre vie. A bien y réfléchir je pense qu’Albert Camus, L’homme révolté, aurait certainement aimé cet auteur algérien qui n’écrit pas contre lui mais avec lui. Les deux auteurs, main dans la main, sont tous les deux étrangers à l’injustice.

Albert Camus ancre son récit dans une approche philosophique, Kamel Daoud ajoute l’histoire… Le temps a passé apportant de nouveaux éléments dont la décolonisation et la montée de l’islamisme.   

Merci à ce lecteur qui m’a signalé dans un commentaire l’absence d’auteur algérien sur ce blog – je doute qu’il y ait des auteurs de tous les pays et ce n’est pas l’objectif, je voyage en littérature au gré de mes seules envies de chroniques et de partages –. J’ai trouvé que cela avait peut-être du sens de relire l’Étranger et ce Meursault, contre-enquête. Cet auteur algérien a un nom maintenant sur Bibliofeel, il s’appelle Kamel Daoud. C’est un écrivain et journaliste né en 1970. Après un baccalauréat scientifique, il fait des études de lettres et écrit en français. Ce premier roman lui ouvre d’emblée la voie à une consécration internationale et à une multitude de prix dont celui du Goncourt du premier roman en 2015. A signaler qu’il a raté le Goncourt en 2014 à une voix près (au bénéfice de Lydie Salvayre et son excellent roman Pas pleurer)… Ses écrits et positions par rapport à la religion lui ont valu les foudres des religieux. Tout comme pour Camus, la Liberté n’est pas un vain mot pour lui.

Notes avis Bibliofeel juin 2021, Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête

24 commentaires sur “Kamel DAOUD, Meursault, contre-enquête

    1. Merci beaucoup à toi, je suis très content que ma chronique te plaise. C’était une belle expérience pour moi de rapprocher ces deux livres y compris sur la photo, symbole d’un rapprochement et d’un enrichissement mutuel entre les cultures.

      Aimé par 1 personne

  1. Encore une belle chronique sur un livre que je n’ai pas lu (même si L’Étrangr m’a marquée) ! Kamel Daoud est d’ailleurs éditorialiste au Point et a signé de belles pages sur son pays, bien que je trouve ses articles parfois quelque peu complexes et difficiles d’accès…

    Aimé par 1 personne

  2. Très intéressant comme point de départ. Ce livre doit être passionnant et profond. Ce passage m’a particulièrement touché :
    « J’ai tué et la vie n’est plus sacrée à mes yeux. Dès lors le corps de chaque femme que j’ai rencontrée perdait très vite sa sensualité, sa possibilité de m’offrir l’illusion de l’absolu. »
    « D’ailleurs mon cher ami, le seul verset du Coran qui résonne en moi est bien celui-ci : « Si vous tuez une seule âme, c’est comme si vous aviez tué l’humanité entière. »
    Du coup, je vais éviter de tuer quelqu’un 🤣
    Merci pour ce post Alain et à bientôt

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Alan pour ta lecture et merci de mettre un bel humour sur ces sujets qui en manquent particulièrement. L’humour est une arme de vie dont il faut user le plus souvent possible. Bonne journée et à bientôt !

      J'aime

  3. Il est dans ma pile, je l’avais acheté lors de sa sortie en edition Babel mais toujours pas lu, j’en attends beaucoup et je suis contente de voir que ce sera surement a la hauteur. Je le ressors pour le lire dès que j’ai fini mes 2 ou 3 lectures en cours. L’étranger fait partie des 3 grands chef d’oeuvres de Camus à côté de La peste et du Premier homme. Merci pour cette chronique qui m’a rappelé que je voulais lire ce livre.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Madame lit Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.